thème : Manifs
Réagir (0)Covoiturage EnvoyeriCalPartager

mardi 7 juin 2022 à 12h

Soutien à Éric Durupt, "parent de cœur" de Madama

PROCÈS D'ERIC DURUPT LE 7 JUIN 2022 :

APPEL A SOUTIEN POUR LA FAMILLE D'ACCUEIL DE MADAMA DIAWARA

Le mardi 7 juin 2022 à 13h45, Eric Durupt doit comparaître devant le Tribunal Correctionnel de Clermont-Ferrand, afin d'y être jugé pour un délit d'outrage sur un représentant de l'autorité publique. On lui reproche des propos tenus sous le coup de l'émotion, à un moment où il se remettait difficilement de trois semaines de grève de la faim.


Les faits remontent au 9 mars 2021, au cœur d'une mobilisation importante en faveur de Madama, jeune Malien accueilli depuis près de deux ans par Eric et sa compagne Véronique de Marconnay. Madama, à qui le préfet de Haute-Loire refusait depuis des mois un titre de séjour. Le jeune Malien, convoqué par la Police Aux Frontières (PAF) de Gerzat pour donner des précisions sur ses papiers d'identité, se retrouve soudain pris au piège, immédiatement placé en garde à vue, interrogé pendant des heures, et pour finir, interné en CRA (Centre de Rétention Administrative). Après toute une journée d'attente devant le commissariat,après avoir subi eux aussi des heures d'interrogatoire, les deux parents de cœur ont dû encaisser brutalement la décision du préfet de lui délivrer une OQTF (Ordre de Quitter le Territoire Français) et de l'expulser sans délai vers le Mali.

Cette mise en examen reflète un acharnement judiciaire contre nos deux camarades militant-es pour les droits des migrant-es, et une volonté de faire peur aux familles solidaires qui ouvrent leur porte à l'accueil de jeunes fuyant la misère, l'insécurité et la guerre.


Un acharnement qui s'est aussi traduit par une enquête préliminaire menée par la PAF contre le couple sur une supposée affaire de faux papiers en lien avec les deux jeunes qu'ils avaient accueillis chez eux ; en toute légalité, d'ailleurs, puisque les deux jeunes Maliens leur avaient été confiés par une Juge pour Enfants afin qu'ils puissent veiller sur eux jusqu'à leur majorité en tant que Tiers Dignes de Confiance. Ainsi, en septembre 2021 Eric et Véronique avaient tous deux fait l'objet d'une convocation par la PAF, d'une mise en garde à vue, d'un interrogatoire et d'une perquisition à leur domicile avec saisie du matériel informatique et de téléphone portable.

Une affaire sans fondement, qui a récemment été classée sans suite!


Depuis maintenant plus d'un an, ces deux militants de Sud Éducation subissent donc la répression de la part des autorités, pour punir ce qui ressemble fort à un « délit de solidarité ». La sanction proposée pour l'auteur de l'outrage présumé, lors de la comparution devant le procureur, semble tout a fait disproportionnée par rapport aux faits.


Par ce rassemblement nous entendons encore une fois dénoncer et condamner l'acharnement des autorités à l'encontre de deux militants.es. Nous estimons que l'État stigmatise la solidarité et l'engagement dont ont fait preuve Eric et Véronique, ainsi que tous les autres soutiens aux exilé.e.s. Nous dénonçons la violence de la politique migratoire de la France qui d'un côté ouvre ses portes à des réfugiés et d'un autre continue d'expulser sans aucune considération humanitaire sur des bases plus que contestables.


Nous appelons donc à un rassemblement militant de protestation devant le

Tribunal Correctionnel,

16 Place de l'Étoile à Clermont-Ferrand,

le mardi 7 juin à partir de 12 heures

pour partager un repas commun et permettre à tous et à toutes de venir manifester leur soutien.